Actu COVID-19

Dernière actualité

Fabriquer son propre compost

En cette période de crise sanitaire, nous ressentons plus que jamais le bienfait que nous apporte la nature. Et si nous faisions un geste pour le lui rendre, en passant en mode compostage pendant ces semaines de confinement ?

Quoi composter et quelles sont les règles à respecter ? On vous dit tout ci-dessous 🙂

Le compost est un engrais formé par le mélange fermenté de débris organiques avec des matières minérales. Cet engrais est donc un fertilisant naturel et gratuit qui permet d’enrichir la terre de ses plantes d’appartement, de balcon ou de son jardin individuel ou collectif en recyclant les rebuts de cuisine.

Pour parvenir à obtenir votre compost, il faut passer par l’étape du compostage rendu possible grâce à la décomposition naturelle des déchets organiques par des micro-organismes tels que les vers ou encore les bactéries.

Bien évidemment, tous les déchets ne sont pas compostables tels le plastique ou les couches-culottes, mais comme vous pouvez le constater, la liste est longue de tout ce qui peut ne pas aller à la poubelle mais se transformer en compost et que vous utilisez presque tous les jours dans votre maison :

  • marc et filtre de café,
  • sachet de thé ou d’infusion,
  • coquilles d’œufs, de noix et d’autres fruits secs broyées,
  • essuie-tout ou serviettes en papier non colorées,
  • cheveux et poils d’animaux,
  • cartons bruns ou boîtes d’œufs découpés en morceaux,
  • épluchures de fruits et légumes,
  • fruits ou légumes abîmés – coupés en petits morceaux,
  • les restes de riz, pâtes, semoules cuits .

Vous pouvez y rajouter :

  • fanes des légumes,
  • déchets du potager,
  • mauvaises herbes non grainées,
  • tailles de haies (en tout petits morceaux ou broyées),
  • déchets de tonte,
  • écorce d’arbre,
  • sciure et copeaux de bois non traités,
  • fleurs et plantes.

Le secret pour réussir son compost est un apport équilibré de matières sèches et humides et une bonne aération.

  • Apporter régulièrement autant de matière sèche qu’humide. Chacune devant représenter 50%.
  • Les mélanger lors de chaque apport sans les tasser pour permettre une bonne aération afin d’accélérer son développement et l’homogénéiser.
  • Surveiller le taux d’humidité, et si besoin, surtout en été, lui apporter un peu d’eau mais sans le détremper ce qui pourrait provoquer de mauvaises odeurs.
  • Petite astuce : faire une petite réserve de broyat (branches séchées et coupées) pour l’intercaler et permettre une bonne aération entre les matières humides.
  • Les déchets « interdits » pour votre compost : sac plastique même biodégradable, viande, poisson, excréments, litière du chat, coquillage, croûtes de fromage, pain, feuilles de lauriers, de cyprès ou encore médicaments et briques alimentaires.
  • À savoir : si une mauvaise odeur se dégage, c’est qu’il y a un mauvais équilibre ou des aliments qui ne devraient pas y être.

La fabrication de compost en plus d’enrichir la terre et de faire un retour de matière organique permet de réduire d’1/3 les déchets de chaque foyer par an, soit près de 100 kg par foyer et par an !

La pratique du compost permet une réduction des déchets et donc des coûts de leur traitement. Transport et incinération des déchets ont un impact négatif sur la planète, en autre par l’émission de gaz toxiques.

Elle offre également au jardinier qui souhaite garder la terre de son jardin, de ses plantes la possibilité de l’améliorer à moindre coût.

Cet engrais naturel permet également la diminution de produits phytosanitaires et de redonner à la nature de la matière organique et ainsi de reproduire le cycle naturel.

 

Un acte citoyen :

La démarche de l’écocitoyen est d’une part, de réduire le plus possible sa production de déchets ménagers en consommant autrement et d’autre part, de diminuer les déchets verts dans le jardin en recherchant à créer un jardin plus écologique produisant peu de déchets. Cette démarche éco-citoyenne permet d’appliquer la règle des 3 R :

  • Réduire la quantité des déchets produits,
  • Réutiliser au maximum les emballages ou les articles,
  • Recycler le plus possible les produits qui peuvent l’être.

Le lombricomposteur vous permet de composter directement dans votre cuisine. D’une contenance de 25 ou 50 litres il doit rester au sein de l’appartement pour protéger les vers des changements de température. Comme pour le composteur de jardin, le bon équilibre matière sèche / matière humide doit être préservé. Le petit modèle permet d’absorber les déchets recyclables d’une famille avec un enfant toute l’année !!!

Savez-vous que vous pouvez avoir un un composteur commun à votre immeuble ? Vous devez consulter votre syndic pour les autorisations et les démarches à accomplir.

Le compost jeune (3 à 6 mois) peut être étalé en fine couche autour des plantes pour leur apporter des nutritions.

Le compost mûr, s’apparente à l’humus et apporte à la terre tous les nutriments nécessaires pour la culture. Il est caractérisé par une couleur noire avec une structure granuleuse et une odeur de sous-bois. Vous pouvez alors mélanger 1/3 de compost à 2/3 de terre pour nourrir ou faire vos plantations.

Précédents articles

Un nouveau confinement Solidaire

La mairie des 4&5 se mobilise afin d’aider les associations solidaires de nos quartiers à collecter des denrées alimentaires et des produits d’hygiène dans les commerces partenaires pour les distribuer aux plus démuni.e.s

Lire la suite »